Chœur Philharmonique International Direction musicale Amine KOUIDER

Concerts d’hier : CARMEN

a-vos-agendasPour clore sa 20e saison musicale, le Chœur et Orchestre Philharmonique International, dirigé par son chef Amine KOUIDER, « Artistes de l’UNESCO pour la paix », vient de se produire les 13 et 14 juin  au tout nouveau complexe culturel  : « La Seine Musicale » situé sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt (92).

Le public est venu nombreux, nous étions à guichets fermés.

Carmen a été interprétée par la mezzo-soprano Gosha  KOWALINSKA     Don José par le ténor Yanis BENABDALLAH                                               Micaela par la soprano Erminie BLONDEL                                             Escamillo par le baryton Marc SOUCHET

CARMEN:

« La mort à l'Opéra-Comique !.. cela ne s'est jamais vu..entendez-vous, jamais ! … Ne la faites-pas mourir !»

Carmen, femme libre et provocante au tempérament rebelle, séduit Don José,  le brigadier chargé de la conduire en prison. Celui-ci abandonne alors fiancée et métier pour fuir avec elle chez les contrebandiers. Mais sa jalousie finit par lasser Carmen qui s'éprend d'Escamillo, le valeureux toréador. C'est alors que l'œuvre atteint sa dimension tragique. Don José, éperdu de douleur empêche Carmen de retrouver Escamillo vainqueur.

La partition de Bizet légère, aux tonalités folkloriques à ses débuts, enferme peu à peu les personnages dans leur destin. Mêlant amour et mort au quatrième acte,  elle donne à l'héroïne  son caractère universel.

C'est alors que Carmen devient un mythe.

Et…………………….. en illustration : La gazette  !!

………………………………………………………………………

Avec ce concert, nous sommes restés fidèles à notre engagement en soutenant la campagne #UNIS pour le PATRIMOINE contre la destruction ciblée des musées en zones de conflits et le trafic illicite d'objets culturels. « La destruction délibérée du patrimoine est devenu une tactique guerrière pour détruire les communautés, répandre la haine, alimenter l'esprit de revanche, dans une stratégie de « nettoyage culturel », « C'est un crime de guerre », a déclaré Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO, devant le conseil de sécurité de l'ONU et une semaine plus tard, à Florence, devant les ministres de la culture du G7.

J.

(contact :    cpi@cpiweb.fr)